Présentation de la formation

 » Sommes-nous une civilisation d’immortels ? «  


Cette question, entendue dans un service de soin traduit toute la perplexité des soignants face à la mort. En effet, dans une société où la technologie et les nouvelles connaissances donnent à penser que l’on peut tout guérir, la question de la mort est souvent niée, repoussée? Les situations de maladie grave et de fin de vie interrogent toux ceux qui y sont confrontés sur leurs savoirs, leurs croyances, leurs systèmes de valeurs, leurs manières d’être avec autrui.

Selon les recommandations de l’HAS, l’accompagnement en fin de vie et le développement des soins palliatifs représentent un défi et témoignent du sens global du « prendre soin  » des personnes. Permettre l’amélioration de l’accompagnement des personnes en fin de vie, réfléchir à la mort, apprendre à reconnaître les mécanismes de défense des professionnels, du patient, de ses proches face à la mort, accepter les demandes de l’autre, mourant ou famille, assumer l’accompagnement au stade terminal : c’est aussi autoriser le professionnel à se reconnaître fragile tout en étant une personne ressource pour accompagner les patients à faire face à cette réalité.

La thématique de cette formation permettra aux professionnels de penser et mettre en oeuvre un accompagnement et des soins au plus près des besoins des personnes mourantes et leurs proches.

Prérequis

Exercer en structure de santé

Objectifs généraux

S’engager dans une démarche personnelle et collective de réflexion sur la mort, et développer une meilleure connaissance de soi dans sa relation aux personnes en fin de vie. Accroître sa connaissance et sa compréhension des besoins et des soins de la personne en fin de vie. Repérer et clarifier le sens et l’impact des attitudes individuelles, mais aussi la nécessité du travail en équipe, dans un cadre pluridisciplinair. Développer ses capacités relationnelles et se familiariser avec les attitudes d’écoute et d’empathie propres à tout accompagnement, tant auprès des personnes mourantes que de leurs proches. Comprendre les limites et les difficultés de l’accompagnement en fin de vie, et mieux repérer la «nécessaire distanciation».

Éléments de contenu

Mise à jour des motivations et attentes des participants, permettant de dégager un questionnement et des objectifs propres au groupe. 

La mort aujourd’hui : travail sur les représentations.
  • Mourir en institution / mourir à domicile. 
  • Implication et souffrance des soignants devant la mort 
  • Connaissance de la personne en fin de vie. 
Les besoins et attentes de la personne en fin de vie :
  • Besoins physiologiques, les soins de confort et la prise en charge de la douleur. 
  • Besoins psychologiques, affectifs, sociaux, culturels, spirituels. 

La dimension relationnelle de l’accompagnement d’une personne en fin de vie et de son entourage.
  • L’écoute des personnes en fin de vie et de leurs proches. 
  • Entre disponibilité et respect de l’intime au moment de l’agonie.
  • Place du toucher dans les soins relationnels
  • Le langage du toucher en tant qu’acte essentiel dans le processus de communication.
  • La concertation pluriprofessionnelle dans une démarche de réflexion éthique. 
  • La démarche éthique au regard de la législation.
  • La place des directives anticipées et de la personne de confiance. 
  • La loi Clayes-Léonetti de 2016 instaurant le « droit à la sédation profonde et continue jusqu’au décès ».
  • L’obstination déraisonnable et la limitation de soin.

Méthodes pédagogiques

Notre démarche met l’accent sur une pédagogie active et réflexive qui place le participant au cœur de la formation. Des méthodes variées sont proposées en privilégiant la dynamique de groupe. L’expérience professionnelle de chacun est mobilisée afin de faciliter la mise en œuvre des connaissances dans les situations de travail.

Modalités d'évaluation des acquis

En fin de formation les acquis des participants sont évalués à l’aide de divers outils tels que : quizz, études de cas, mise en situation, réalisation d’une production

Accessibilité handicap

L’IFSO demande à être informé sur les situations de handicap des stagiaires afin d’adapter les modalités pédagogiques aux objectifs de la formation, et de prendre en compte les moyens de compensation du handicap.

Nos partenaires

Logo opco santé pays de la loire
Logo Bretagne partenaire IFSO
Logo partenaire ANFH IFSO

Ce sont les anciens élèves qui en parlent le mieux

Laurine élève aide-soignant à l'IFSO témoigne

Laurine

Élève aide-soignante

« La formation aide-soignante en alternance nous permet tout de suite de faire le lien entre la théorie et la pratique, on comprend ce à quoi sert tout ce que l'on apprend. Cela permet au final de mieux se mettre à la place du patient et de mieux le comprendre. »

Sofian élève aide-soignant à l'IFSO témoigne

Sofian

Élève aide-soignant

« Chaque matin je me réveille en sachant que je vais pouvoir découvrir de nouvelles choses, de nouvelles personnes, et que je vais pouvoir mettre en pratique tout ce que j'ai appris à l'IFSO pour améliorer le quotidien des patients qui m'entourent. Me dire que j'ai pu participer à une partie de leur vie, à les aider à se sentir mieux, les faire sourire, c'est vraiment ce qui me passionne dans ce milieu et dans l'apprentissage de ce métier d'aide-soignant. »

Sarah

Ancienne élève aide-soignante en apprentissage

« J’ai beaucoup évolué personnellement et grandi, grâce à l’expérience professionnelle. J’arrive aussi à prendre beaucoup plus de recul sur certaines situations. Mais principalement, on apprend à prendre confiance en soi. Par exemple au début j’avais peur de la vue du sang et aujourd’hui ça ne me dérange plus du tout. »

Solène

Ancienne élève aide-soignante

« Aide-Soignant c’est un métier d’avenir, on a besoin de nous ! Si vous avez l’envie et la passion vous pouvez réussir. »

Jules

Ancien élève aide-soignant

« Si vous voulez vraiment faire cette formation il faut se lancer. Avec la formation et les stages on se rend vraiment compte si on est passionné ou non. Ça nous fait acquérir beaucoup de maturité et nous fait changer notre vision du métier d’aide-soignant et plus généralement de la vie. »

Françoise Soulard

Coordinatrice pédagogique

« Nous avons de véritables relations de confiance avec les élèves. Nous essayons de créer un lien, d’apprendre à les connaître, d’être en capacité de répondre à leurs besoins ; la grande majorité réussissent et la formation leur plaît beaucoup ! »

Obtenir un devis pour cette formation







    Besoin d'un conseil ?